Accueil anxiété La gestion des émotions : clé d’une santé globale

La gestion des émotions : clé d’une santé globale

Par admin

De nombreuses études scientifiques ont montré que l’ignorance émotionnelle coûte cher à la société.

Ceux qui vivent en permanence avec des sentiments d’hostilité envers eux-mêmes et envers les autres, ceux qui passent de phases d’excitation à des phases de dépression, ceux qui extériorisent leurs émotions fortes dans la violence, ceux qui musellent mais créent autour d’eux une atmosphère irrespirable, ceux qui bâillonnent si fort leurs sentiments qu’ils finissent par tomber malade.

Ces personnes sont soumises soit à des bouffées d’agressivité qui conduit à la délinquance et remplissent les prisons, soit à une répression constante des émotions qui les conduits droit vers la maladie pour remplir les hôpitaux en tout genre.

Suicides, enfants battus, viols, violences en tout genre, divorces et conflits sont les symptômes sociaux qui découlent d’un manque d’éducation émotionnelle.

C’est pourquoi, on devrait enseigner la gestion des émotions dans les écoles comme on enseigne à lire et à écrire.

1. Qu’est ce que la gestion des émotions ?

La gestion des émotions est un facteur essentiel de santé parce que de plus en plus de gens prennent conscience que la civilisation matérialiste actuelle s’est développé sans permettre aux individus de vivre pleinement leurs émotions.

De plus en plus de médecins, de psychologues, de thérapeutes et d’éducateurs commencent à explorer un domaine qui se fait connaître : la gestion des émotions.

Ce courant de pensée qui déferle depuis quelques années aux Etats-Unis permet de définir la capacité de l’individu à respecter ses propres émotions et sentiments ainsi qu’à savoir les gérer sainement tout en laissant aux autres le droit de vivre les leurs comme ils l’entendent.

La médecine a accumulé les preuves que les émotions mal gérées conduisent vers les maladies de civilisations et qu’un apprentissage d’extériorisation positive des émotions, sans violence exercée contre autrui améliore les processus de guérison.

Plusieurs études montrent que pour des femmes porteuses d’un cancer du sein avancé, la fréquentation une fois par semaine d’un groupe de soutien où on leur apprenait à extérioriser leur colère, leur tristesse, leur peur et leur chagrin permettait une survie deux fois plus longue que dans un groupe témoin.

Des recherches ont également montré que si le milieu nerveux et humoral changeait, des cellules cancéreuses pouvaient redevenir normales, ce qui ouvre des perspectives fascinantes à une approche globale du cancer.

Toute maladie grave se déclenche par un choc émotionnel.

Précédent1 sur 2

Related Articles

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite