Accueil Livres Sun Tzu – L’art de la guerre

Sun Tzu – L’art de la guerre

Par Saja

Voici 3 leçons de Master Sun Tzu:

  1. N’entrez que dans des batailles dont vous savez que vous pouvez gagner.
  2. Tromper vos concurrents pour qu’ils fassent ce que vous voulez.
  3. Dirigez votre équipe comme si vous dirigiez un seul homme par la main.

L’Art de la guerre, un ancien texte chinois datant de la période du printemps et de l’automne du Ve siècle avant JC, est un traité militaire attribué au stratège militaire, Sun Tzu, également appelé Sunzi. Chacun des treize chapitres traite d’un aspect différent de la guerre et de son application à la stratégie et à la tactique militaires. Pendant près de 1500 ans, il a été le texte principal d’une anthologie, qui en 1080 est devenue connue sous le nom de Sept classiques militaires par l’empereur Shenzong de Song.

Considéré comme le texte de stratégie le plus influent de toute l’Asie de l’Est, The Art of War a eu un grand impact sur les tactiques militaires orientales et occidentales, les tactiques commerciales, la stratégie juridique et bien plus encore. Il a été publié pour la première fois en français en 1772 et partiellement traduit en anglais en 1905. La première traduction anglaise complète a été achevée par Lionel Gilesin en 1910. De nombreux dirigeants militaires et politiques historiques se sont inspirés du texte, notamment Mao Mao Zedong, Võ Nguyên Giáp et Norman Schwarzkopf.

Le premier chapitre, «Évaluation détaillée et planification», explore les cinq facteurs fondamentaux de la guerre: le chemin, les saisons, le terrain, le leadership et la gestion. Il examine également les sept éléments qui déterminent les résultats des événements militaires. Sunzi prétend qu’en considérant toutes ces choses et en les comparant les unes aux autres, un commandant peut calculer les chances statistiques de sa victoire. L’omission répétée de calculer ces facteurs entraînera une perte. La guerre est une question très grave pour l’État et ne doit pas être déclenchée sans une profonde réflexion.

«Faire la guerre» décrit l’économie de la guerre. Il dit que réussir signifie pouvoir gagner rapidement et efficacement des engagements décisifs. Il donne ensuite des conseils au lecteur: une campagne réussie signifie limiter les coûts de la concurrence et des conflits.

La force, explique le chapitre «Attaque stratégique», n’est pas déterminée par la taille, mais par l’unité. Il y a cinq facteurs qui sont nécessaires pour réussir dans n’importe quelle guerre. Ce sont l’attaque, la stratégie, les alliances, l’armée et les villes.

Il est très important de défendre les positions existantes jusqu’à ce que le commandant puisse avancer en toute sécurité. La leçon de «Disposition de l’armée» porte sur l’importance de pouvoir reconnaître les opportunités stratégiques et de ne pas créer d’opportunités pour l’ennemi.

«Forces» explique l’utilisation de la créativité et du timing pour créer l’élan d’une armée.

«Faiblesses et forces» montre comment les opportunités d’une armée proviennent de changements dans l’environnement, qui sont causés par la faiblesse relative de l’ennemi, et comment il faut réagir à ces changements dans un champ de bataille fluide sur une zone donnée.

Les «manœuvres militaires» expliquent à quel point un conflit direct est dangereux et comment gagner lorsque le commandant est contraint à un conflit direct.

Le chapitre «Variations et adaptabilité» illustre l’importance de la flexibilité dans les réponses d’une armée, montrant qu’un commandant doit apprendre à réagir aux circonstances changeantes.

Il existe de nombreuses situations différentes dans lesquelles une armée se retrouvera à travers des territoires ennemis, et il est important de savoir comment réagir à ces situations. «Mouvement et développement des troupes» se concentre sur l’évaluation des intentions de l’ennemi.

Dans «Terrain», il existe trois domaines généraux de résistance: la distance, les dangers et les barrières. Il existe également six types différents de positions au sol qui peuvent découler des zones de résistance. Chacune des six positions a une variété d’avantages et d’inconvénients.

Il y a neuf situations ou étapes courantes dans une campagne. «Les neuf champs de bataille» décrit la focalisation spécifique qu’un commandant doit obtenir pour les naviguer.

«Attaquer avec le feu» est une discussion sur les armes et l’utilisation de l’environnement comme arme. Il existe cinq cibles d’attaque, cinq types d’attaques environnementales et des réponses appropriées à chacune d’elles.

Il est important de développer de bonnes sources d’information. «Intelligence et espionnage» traite des cinq types de sources de renseignement et de la manière de les gérer.

Il y a une certaine controverse entourant la paternité de The Art of War. Vers le XIIe siècle, les chercheurs ont commencé à se demander si Sun Tzu existait réellement en raison du fait qu’il n’est pas mentionné dans The Commentary of Zuo, un texte classique historique, qui discute de toutes les figures notables de la période du printemps et de l’automne lorsque Sun Tzu aurait écrit The Art of War. Le nom Sun Tzu n’apparaît pas non plus dans aucun texte avant les Archives du Grand Historien. Le nom, en fait, est soupçonné d’être un nom descriptif inventé, qui se traduit par «le guerrier fugitif». Le soleil est dérivé du mot fugitif, et Wu est l’ancienne vertu chinoise du martial, ou vaillant, Wu étant le sosie du héros de Sun Tzu dans l’histoire de Wu Zixu. Sun Bin, cependant, semble avoir été une vraie personne qui avait une véritable autorité sur tout ce qui est militaire. On suppose qu’il a pu être l’inspiration derrière les «Sunzi».

Related Articles

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite